mar.
30

Poésies septembre 2016 : ponctuation!… :))

Par Mme Guerin dans la catégorie poésies CM

etezc22cCes poésies sont à lire pour le 8 septembre. Il faudra ensuite en choisir une, l’illustrer et l’apprendre pour le 22 septembre. Bonne lecture!

 

Pavane de la Virgule

« Quant-à Moi ! », disait la Virgule,

J’articule et je module ;

Minuscule, mais je régule

Les mots qui s’emportaient !

J’ai la forme d’une Péninsule ;

A mon signe la phrase bascule.

Avec grâce je granule

Le moindre petit opuscule.

Quant-au point !

Cette tête de mule

Qui se prétend mon cousin !

Voyez comme il se coagule,

On dirait une pustule,

Au mieux : un grain de sarrasin.

Andrée Chédid

 

Ponctuation

-Ce n’est pas pour me vanter,

Disait la virgule,

Mais, sans mon jeu de pendule,

Les mots, tels des somnambules,

Ne feraient que se heurter.

– C’est possible, dit le point.

Mais je règne, moi,

Et les grandes majuscules

Se moquent toutes de toi

Et de ta queue minuscule.

– Ne soyez pas ridicules,

Dit le point-virgule,

On vous voit moins que la trace

De fourmis sur une glace.

Cessez vos conciliabules.

Ou, tous deux, je vous remplace!

Maurice Carême

 

Ponctuation

Un point d’interrogation

Comment ? Une question ?

Et un point d’exclamation

Oh ! Quelle émotion !

Sur mon écritoire,

j’invente une histoire,

j’aligne les mots

avec mon stylo.

Puis trois points de suspension,

hé hé hésitation …

Je rajoute une virgule

et regarde la pendule.

Quand j’ai tout écrit,

alors je relis .

L’histoire est jolie,

un point c’est fini.

Daniel Coulon

 

La famille Thèse

Les parents Thèses ont sept enfants.

Virgule est la dernière née;

Elle est toujours de bonne humeur.

La sœur Interrogation

Pose toujours des questions.

Point est un petit garçon discret.

Exclamation est une petite fille

Qui s’étonne de tout.

Quant aux triplés Suspensions,

Ils provoquent toujours des

catastrophes.

Ginette et Muriel Grenier

 

Virgule

Hep là! Pensez à moi! Je m’appelle VIRGULE.

Je suis une courte inspiration,

Je sers à une bonne compréhension.

Je m’appelle VIRGULE,

Je fragmente discrètement

Vos longues tirades de petits temps.

Je m’appelle VIRGULE,

Plus légère qu’un souffle,

Je m’appelle VIRGULE

Et personne ne s’essouffle

Je m’appelle VIRGULE

J’ai l’air insignifiant,

Ne vous y trompez pas, je suis très importante.

Je m’appelle VIRGULE,

M’avez-vous remarquée?

Je m’appelle VIRGULE,

Je me suis envolée.

Geneviève Carron

 

Points-Interrogation-26286Point d’interrogation

Hein? Quoi? C’est à mon tour?

Ne puis-je seulement faire demi-tour?

Qui suis-je ici? Qui dois-je interpréter?

Quel est mon rôle et mon identité?

S’il vous plaît, ai-je mon nom?

Hein? Quoi? Vous dites? Pardon?

Si grande est ma confusion…

Peut-être suis-je Question?

Non??? Comment? Pourquoi?

Je vous en prie, dites-moi quoi?

Dans le chaos de mes émotions

Ma mémoire est un POINT

D’INTERROGATION

Geneviève Carron

 

Ponctuation

Une virgule,

enfermée dans une bulle

par un auteur indigne,

essayait de rattraper

un point à la ligne

qui s ’était échappé.

Elle escalada une majuscule,

descendit un point d ’exclamation,

retomba sur un tréma,

rebondit sur un point d ’interrogation,

trébucha sur une cédille,

se raccrocha à un point de suspension,

et plutôt mal à l ’aise,

s’arrêta entre deux parenthèses.

Le point, qui ne bougeait point,

prit un accent grave et dit à un tiret :

«Avant que je ne t ’apostrophe,

ouvre les guillemets, sinon jamais,

cette brave virgule minuscule

qui déambule de-ci, de là

ne me rattrapera » !

L ’accent circonflexe,

sans complexes,

déclara avec un accent aigu,

qu’ils étaient déjà trop à l ’étroit,

et qu’un de plus …

Ce à quoi le point répondit

que puisqu’il en était ainsi,

il ferait le trait d ’union,

et prendrait la vagabonde sous son toit.

Ce qu’il fit, ma foi, de bon cœur

et maintenant, que vais-je faire

de ce point virgule, dit l’auteur ?

Renée Jeanne Mignard

 

Drôle de point

Comment une si petite chose

Peut-elle prendre tant d’importance?

De quel droit se permet-elle

De venir clore mon discours?

Et comme si un point était insuffisant,

Il va jusqu’à se dédoubler

Pour me laisser soi-disant

Le droit de m’expliquer

Avant de me couper le sifflet,

Il pousse même le vice

De me laisser en suspension

Sur trois de ses complices…

Mais, il ne m’impressionne pas

Car ne croyez pas

Qu’un vulgaire petit point

Puisse entraver le flot de mes pensées.

Mais, me direz-vous:

« Il faut bien un début et une fin! »

Je ne suis pas de cet avis

Car la vie n’est qu’une succession de débuts;

Il n’y a pas de véritable fin

Et quand bien même viendrait-elle,

Seul Dieu, grand maître de la ponctuation,

Aurait le pouvoir de mettre le point final.

D. Voinchet

Laisser un commentaire

*